Une maison passive en rénovation : est-ce possible ?

Si la construction d’une maison passive est un objectif ambitieux, il est souvent dit qu’atteindre le niveau passif en rénovation est très difficile. Qu’en est-il vraiment ?

maison-passive

Comment définit-on une maison passive ?

Le « passif » désigne, en gros, une façon de concevoir les bâtiments qui vise à limiter autant que possible leur consommation d’énergie (voire de la rendre nulle). L’objectif est double :

  • D’une part, la préservation de l’environnement et des ressources naturelles ;
  • D’autre part, l’amélioration du confort des habitants et la génération d’économies, notamment sur les dépenses de chauffage.

 

De manière générale, une maison passive exploite autant que faire se peut la lumière naturelle, assure des températures stables et agréables ainsi qu’un ait intérieur de qualité. Pour cela, un soin particulier est apporté à l’isolation, à l’étanchéité à l’air et à au système de ventilation.

Au niveau du chauffage, le passif vise à ce que le soleil et la chaleur « interne » (notamment celle dégagée par les appareils électroménagers et par les habitants eux-mêmes) couvre la majorité des besoins de chauffage ; cela n’exclut par pour autant la présence d’une installation de chauffage de faible puissance (et donc de faible consommation) afin de couvrir les besoins restants, notamment au plus froid de l’hiver.

Développé dès les années 1970, le concept de maison passive a été formalisé en Allemagne dans les années 1990, aboutissant à la création du label « PassivHaus » par l’Institut du même nom. D’ailleurs, la labellisation est importante dans la mesure où il n’existe pas d’autre moyen officiel de prouver qu’un bâtiment est passif. En France, la certification de référence est le label « Bâtiment Passif », délivré par l’association La Maison Passive (reconnue par l’Institut PassivHaus).

Pour être certifié « Bâtiment passif », quatre critères doivent être remplis, et ils sont identiques quelle que soit la localisation du bâtiment :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 15 kWh d’énergie utile par mètre carré de surface chauffée et par an. L’énergie utile désigne l’énergie effectivement reçue par l’habitant, après déduction des pertes dues au rendement des installations de chauffage. Le bâtiment peut aussi remplir ce critère en attestant d’un besoin de puissance de chauffage de moins de 10 W/m2 ;
  • La consommation totale d’énergie primaire doit être inférieure à 120 kWh/m2.an. L’énergie primaire désigne l’énergie à l’état naturel (pétrole, gaz, charbon, uranium…) avant sa transformation ;
  • La perméabilité à l’air de l’enveloppe doit être au maximum de 0, 6 volume par heure, mesurée sous 50 Pascals de différence de pression ;
  • Enfin, la fréquence de surchauffe intérieure doit être inférieure à 10 % des heures de l’année. La surchauffe intérieure correspond à une température intérieure supérieure à 25°C.

 

Pour obtenir le label, un dossier complet peut être déposé auprès de l’association La Maison Passive à la fin du projet. Il est également possible d’être certifié à l’issue d’un suivi en deux temps :

  • D’abord, l’association étudie le dossier de conception afin de repérer d’emblée d’éventuelles incohérences ;
  • Puis, elle analyse le dossier de réalisation, en s’intéressant particulièrement au résultat du test d’étanchéité à l’air, et recherche de potentielles erreurs.

 

Enfin, pour aborder la question du prix, la labellisation d’une maison individuelle peut coûter entre 1500 € et 3000 € en fonction des cas et en fonction du mode de certification (en deux étapes ou non).

 

Le passif en rénovation : c’est possible… Sous certaines conditions.

Atteindre le niveau passif (tel qu’il est défini pour la construction neuve) en rénovation n’est pas une mince affaire, mais n’est pas non plus du domaine de l’impossible ! Un tel objectif implique toutefois des travaux de rénovation, voire de réhabilitation, assez lourds dans la plupart des cas.

Les ponts thermiques – des points de jonction qui provoquent des pertes de chaleur – de la maison constituent souvent le principal obstacle, en particulier ceux qui se trouvent au niveau du plancher : difficile de mettre en place une isolation continue en dessous d’un bâtiment existant ! L’isolation des façades, quant à elle, pose moins de problèmes en rénovation.

Par ailleurs, les caractéristiques de la maison peuvent, dans certains cas, éliminer tout espoir de rénovation passive. En effet, la forme et l’emplacement d’une maison peuvent présenter de lourds handicaps pour une rénovation en passif : les conditions climatiques du lieu, l’orientation du bâtiment (des baies vitrées orientées plein sud étant très favorables pour atteindre un niveau passif), l’architecture (qui se doit d’être assez compacte pour limiter les zones de déperdition et les ponts thermiques)…

Face à ce constat, l’Institut PassivHaus a créé le label EnerPhit. Si cette certification permet d’attester du niveau passif d’un bâtiment rénové, ses exigences ont toutefois été revues à la baisse par rapport à celle du label « Bâtiment Passif » :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 25 kWh d’énergie utile par m2 et par an (contre 15 kWh pour la construction neuve) ;
  • La fréquence de surchauffe intérieure doit être inférieure à 10 % de l’année ;
  • La perméabilité à l’air de l’enveloppe doit être inférieur ou égale à 0, 6 volume par heure (mesurée sous 50 Pascals de différence de pression). Cela dit, il existe une tolérance allant jusqu’à 1 volume par heure.

En outre, il n’y a pas d’exigence au niveau de la consommation d’énergie primaire.

 

Comme nous pouvons le voir, les normes encadrant le passif ont été largement assouplies en ce qui concerne la rénovation : des critères plus cohérents au vu de la complexité d’une rénovation passive et un moyen de rendre ce type de démarche plus accessible.

Ainsi, la viabilité d’un projet de rénovation passive dépend à la fois des caractéristiques existantes de la maison mais aussi du niveau de performance recherché : atteindre le niveau passif tel qu’il est défini pour la construction neuve représente un défi autrement plus important que d’aller chercher les niveaux de performance fixés par le label EnerPhit.

On ne peut donc pas affirmer comme une règle générale que le passif est inatteignable en rénovation : chaque maison est unique et possède ses spécificités ! Une étude approfondie du bâtiment est donc la meilleure façon d’être fixé sur son potentiel.

 

Et si nous affirmons que le passif est atteignable en rénovation, c’est que nous l’avons vu de nos propre yeux !

 

Rénover au niveau passif : un client de Sénova a relevé le défi !

Après avoir hérité en 2013 d’une maison de 90 m2 dépourvue d’isolation et équipée d’une installation électrique vétuste et d’un vieux chauffage central au fioul, Thomas M. a décidé d’effectuer une rénovation totale du bâtiment et de saisir l’occasion pour mener à bien une rénovation énergétique ambitieuse.

« J’étais très motivé à atteindre cet objectif », confie-t-il. Et ce pour une triple raison : « Augmenter la valeur de mon patrimoine, avoir un logement agréable à vivre, tout en consommant trois fois rien. »

Dès le début, Thomas a été conscient des enjeux financiers de sa démarche. « Mon raisonnement était le suivant : « Quitte à mettre 80 000 € dans ma rénovation, si je peux avoir une maison très performante pour 100 000 €, je n’hésite pas, je saute sur l’opportunité ! » En plus, j’ai pu bénéficier d’aides financières de la région Rhône-Alpes.»

« Vu la complexité du projet, j’avais besoin d’un bon conseil pour faire les meilleurs choix de conception thermique et énergétique et dimensionner correctement les équipements. » C’est alors que Sénova est intervenu pour accompagner Thomas : « Sénova a eu une approche de conseil, tout en restant très ouvert et à l’écoute. Nous avons travaillé de concert avec les artisans pour rechercher les meilleures solutions. »

« Nous nous sommes orientés vers une conception passive, c’est-à-dire à très basse consommation d’énergie, très isolée, avec un tout petit système de chauffage très innovant : une VMC [Ventilation Mécanique Contrôlée] thermodynamique. Il s’agit d’un système intégré pour maisons passives qui fait à la fois office de VMC, Pompe à chaleur Air/Air et Eau Chaude Sanitaire. Nous en avons eu pour environ 65 000 € de travaux liés à la rénovation énergétique, que nous avons pu faire financer avec les aides classiques de l’État. »

Après la fin des travaux en août 2014, le froid hivernal n’a pas tardé à s’abattre sur les hauteurs de l’Ain, où se situe la maison. L’occasion pour Thomas de constater la performance de son habitation : « Dès le premier hiver passé dans notre nouvelle maison basse énergie, nous pouvions dire que l’objectif initial était atteint ! Nous consommons 90 centimes par jour pour faire fonctionner notre VMC Thermodynamique qui suffit à chauffer la maison la plupart du temps. Au cœur de l’hiver, nous y ajoutons un convecteur électrique pour toute la maison, qui coûte quant à lui 95 centimes par jour. »

Le passif en rénovation, c’est donc loin d’être impossible ! Mais il s’agit d’un investissement conséquent qui se doit d’être mûrement réfléchi et encadré par des professionnels compétents : « J’ai été très content du travail fait par Sénova pour la qualité du conseil et des échanges avec les artisans », conclut Thomas.

Si un tel projet vous intéresse, faites appel au bureau d’études thermiques Sénova, qui saura vous apporter les conseils personnalisés et approfondis dont vous avez besoin pour une maison plus économe, plus confortable et plus saine (que ce soit en construction, ou en rénovation !).

Laisser un commentaire
*