La région Rhône-Alpes lance son Plan Bâtiment Durable

Le 17 Novembre 2014, Jean-Jack Queyranne a officiellement rejoint le projet de déclinaison régionale du Plan Bâtiment. En signant, la région Rhône-Alpes est devenue  la 7ème région à participer à ce projet de grande envergure.

rhone-alpes-lance-son-plan-batiment-durable-renover-ma-copro

Jean-Jack Queyranne signe le Plan Bâtiment Durable

Constat : Diagnostic énergétique de la région

 

Le Plan Bâtiment Durable a été lancé en 2009 et rassemble un réseau d’acteurs dans le secteur du bâtiment autour d’une idée : celle de travailler pour l’efficacité énergétique.

Quel constat ?

En effet, l’ensemble de ses 270 lycées ont été construits pour la plupart dans les années 1970. Dès 2006, un diagnostic énergétique avait déjà été déployé. À savoir qu’ils représentent déjà plus de 4,3 millions de mètres carrés et un budget de 20 millions d’euros annulés pour leur rénovation énergétique. Jean-Jack Queyranne a noté une économie de 1,5 million chaque année grâce aux actions déjà mise en œuvre. La participation au Plan Bâtiment semblait alors une suite logique.

En plus de participer à ce projet, la région Rhône-Alpes a joint les 76 signataires de la Charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires et privés (conçu par le PBD). Tous s’engagent dans une tentative de diminution des consommations d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre, notamment au sein des lycées.

 

Les objectifs fixés

 

Les objectifs globaux du Plan Bâtiment Durable sont :

  • mobiliser collectivement l’ensemble des acteurs du bâtiment : que ce soient des organisations professionnelles, des entreprises, artisans, acteurs de la formation, particuliers, associations, collectivités.
  • structurer au mieux l’offre de rénovation par la formation et l’innovation, par exemple.
  • soutenir au mieux la demande par le financement et l’accompagnement.

La région Rhône-Alpes s’est plus précisément donnée l’ambition de :

  • s’engager à poursuivre la maîtrise et le suivi des consommations d’énergie de son parc
  • rénover 85 000 logements chaque année contre 10 000 actuellement
  • reconnaître 8 à 10% des entreprises du BTP garantes de l’environnement (RGE) contre 4% actuellement.

Pour une meilleure efficacité du projet, sept groupes de travail ont été définis autour de sujets précis :

  • L’observatoire permettant de dresser un état des lieux et de fixer des objectifs
  • L’innovation
  • La montée en compétence des acteurs
  • Les outils de financement
  • Le guichet unique
  • La sensibilisation de la jeunesse
  • La Région exemplaire et les échanges d’expériences pour le tertiaire public

Bat_durable_RA

2014 était aussi l’année des aides publiques à la rénovation énergétique et du label RGE avec une TVA à 5,5% sur les travaux. S’en est suivi une vague de formation des professionnels (30 000 étaient annoncés fin 2014). Ce taux réduit est applicable si :

  • vous êtes propriétaire occupant, bailleur ou syndicat de copropriétaires,
  • vous êtes locataire ou occupant à titre gratuit,
  • vous êtes une société civile immobilière.

 

Dorénavant, les échanges inter-régionaux se poursuivent afin à d’étendre d’autres régions d’autant plus que certaines ont manifesté un intérêt à sa mise en place.

Concernant le rapport d’activité publié en Janvier 2015, le président du Plan Bâtiment Durable a déclaré 2014 comme « une année utile. A chaque année sa couleur, plus ou moins vive : 2014 présente à cet égard bien des éclats si l’on y regarde de près ».

2014 aura été l’année de l’expansion : si vous aussi, vous désirez rendre votre bâtiment plus économe en 2015, n’hésitez pas à contacter nos professionnels qualifiés RGE Sénova !

Yann, thermicien chez Sénova : « Le coût de l’étude est rentabilisé par les économies d’énergies futures réalisées et les résultats en termes de confort et de valorisation du bien sont bien là ! »

Yann MetzgerYann est thermicien chez Sénova depuis trois ans et s’occupe d’accompagner les particuliers dans leurs travaux de rénovation énergétique afin de réduire leur facture énergétique, valoriser leur bien et améliorer leur confort de vie. Il nous décrit le quotidien d’un thermicien chez Sénova et pourquoi ce métier est selon lui voué à se développer dans les 50 prochaines années.

Peux-tu nous présenter ton parcours jusqu’à aujourd’hui ?

Tout a commencé après le baccalauréat quand je me suis orienté vers un IUT en « mesures physiques ». Je me suis ensuite spécialisé dans le secteur des énergies renouvelables en entrant en licence professionnelle dite « VERTE » (Valorisation des Energies Renouvelables et Technique Energétique). Je suis entré juste après chez Sénova en janvier 2011 en tant que premier chargé de mission thermicien.

Que signifie être « chargé de mission – thermicien » chez Sénova ?

Etre thermicien chez Sénova, cela veut dire accompagner le particulier qui se lance dans des travaux de rénovation pour qu’il embarque la performance énergétique à cette occasion et donc qu’il :

  • Améliore son confort de vie en hiver comme en été ;
  • Valorise son patrimoine pour une future revente ;
  • Fasse des économies sur sa facture énergétique et réduise son impact environnemental ;
  • Respecte les normes environnementales en vigueur : dans le cas de la rénovation c’est la réglementation thermique sur l’existant (RT Existant) qui s’applique.

Cela se concrétise par la réalisation d’une étude thermique pour identifier les marges de progrès énergétiques que peut apporter le projet de rénovation. Cela fait appel à une multitude de compétences : connaître parfaitement les principes physiques de la thermique appliquée au bâtiment, connaître les réglementations, les différentes solutions techniques (systèmes et matériaux) utilisables, savoir réaliser une modélisation thermique sur logiciel et en comprendre les calculs et les arcanes, avoir une vision globale et économique du projet et bien d’autres exigences.

Il faut aussi disposer d’une écoute très attentive pour donner les solutions au client en fonction de ses besoins, de son budget et ses sensibilités personnelles. Il y a donc une grande part de pédagogie pour expliquer le sujet complexe de la thermique du bâtiment à des particuliers non initiés.

Mais concrètement, à quoi ressemble les différentes prestations que tu peux fournir pour un projet de rénovation ?

pack_savoir-quoi-faireCela dépend du besoin du client qui conditionne le choix d’une des trois principales prestations  que nous lui proposons :

  • L’Audit Eco-Habitat : Généralement, un client nous contacte parce qu’il ressent un certain inconfort thermique dans son habitat dû à une sensation de froid ou d’humidité. Nous allons alors sur place procéder à un audit énergétique qui consiste à observer et analyser les déperditions thermiques dans la maison à l’aide d’une caméra thermique. Quand nous avons trouvé les sources de l’inconfort, nous écrivons un rapport avec nos préconisations pour remédier à cette situation.
  • La Réno-Conseil : Nous prescrivons un accompagnement plus global quand le client veut faire un état des lieux complet de son bien d’un point de vue thermique et qu’il a un projet de rénovation en tête. Ce type de prestation permet au client de savoir quels investissements prioriser et quels seront les impacts énergétiques et économiques de différents scénarios proposés pour améliorer son confort et embarquer la performance énergétique à l’occasion de ses travaux.
  • La Réno-Intégrale : Nous poussons l’accompagnement encore plus loin en associant à la Réno-Conseil des cahiers des charges techniques adaptés à la maison individuelle. Cela permet au particulier et/ou son architecte de consulter les entreprises sur des bases clairement définies, fiables avec des détails techniques précisant notamment des points de mises en œuvre (étanchéité à l’air). Ils ont ainsi des discours d’égal à égal avec les entreprises et peuvent mieux négocier et comparer les offres.

Mais pourquoi font-ils appel à toi alors que ce n’est pas obligatoire ?

Parce que le coût de l’étude est rentabilisé par les économies d’énergies futures réalisées et les résultats en termes de confort et de valorisation du bien sont bien là ! Se faire accompagner par Sénova, c’est l’opportunité de se poser les bonnes questions : ne vaut-il pas mieux commencer par améliorer la performance de l’enveloppe avant de changer le système de chauffage ? N’est-il pas plus rentable d’isoler de 20 cm tout de suite plutôt que 10cm aujourd’hui et 10cm demain ? Notre expertise permet au client de s’assurer qu’il va dans la bonne voie et qu’il fera le maximum d’économies d’énergie pour ne pas « tuer le gisement » d’économies comme on dit dans le jargon.

En outre, nous garantissons au client qu’il embarque intelligemment la performance énergétique dans son projet sans surinvestir inutilement mais sans passer à côté de l’opportunité de bien le faire. Nous avons coutume de préconiser d’aller au delà de la réglementation actuelle en visant dès aujourd’hui les standards de demain. L’avantage de Sénova, c’est qu’on est sûr de s’engager vers un bâti de qualité et pérenne dans le long-terme.

Quel est le profil type des clients que tu accompagnes dans leur projet de rénovation ?

Nous travaillons pour tout types de clients mais l’expérience montre que nous retrouvons certains profils récurrents : ce sont souvent de jeunes propriétaires qui viennent d’acquérir un nouveau bien et qui profitent de l’occasion pour lancer des travaux de rénovation : c’est une période clé car le logement est vide et cela permet d’intégrer le coût de la rénovation au montage financier de la vente. Ils sont souvent sensibilisés à l’écologie sans en être pour autant des ayatollahs !

Il y a aussi souvent des propriétaires qui viennent au moment de travaux d’entretien pour embarquer la rénovation énergétique et faire une pierre deux coups, ce qui est en soit un choix très intelligent.

Je constate aussi de plus en plus de personnes plus âgées habitant dans des passoires énergétiques venir à nous pour réduire leur facture d’énergie avant la retraite et la perte de revenus qui s’en suit.

Peux-tu nous décrire une journée type de thermicien chez Sénova ?

Il n’y a pas vraiment de journée-type chez Sénova. On peut passer des journées entièrement consacrées à un client ou avoir des projets internes à l’entreprise comme la formation d’un nouvel arrivant ou des réunions de réflexion et de partage de solutions techniques innovantes.

Pourquoi avoir choisi de faire ce métier ? Comment cela t’es venu ?

Cela m’est venu assez tardivement au cours de mes études quand je me suis décidé à travailler dans la maîtrise de l’énergie. J’ai été particulièrement attiré par l’orientation de mon métier vers des secteurs importants de la vie et proches des inquiétudes de la population : le logement et l’environnement.

Pourquoi avoir choisi Sénova comme employeur ? Qu’est-ce qui t’a enthousiasmé ?

Logo senovaCe qui m’a enthousiasmé, c’est l’esprit « start-up » d’une entreprise qui croit en son avenir. Ce n’était à l’époque qu’une équipe de deux jeunes ingénieurs dynamiques qui apportaient un regard neuf aux questions de l’énergie. Nous sommes désormais une vingtaine de salariés motivés autour de cette problématique !

Aujourd’hui quelles sont tes joies et tes peines en tant que thermicien chez Sénova ? Quels sont les aspects que tu apprécies le plus dans ton métier et ceux que tu trouves plus difficiles ?

Ce que j’apprécie au jour le jour chez Sénova, c’est enrichir la vision d’ensemble que j’ai de l’énergie dans le bâtiment. On sait jouer avec l’isolation et le chauffage, on mixe tout ça, et ça fait des projets innovants ! Et il faut dire que l’actualité du bâtiment durable bouge sans cesse avec les réglementations qui s’enchaînent et qui impactent notre façon de travailler.

Le plus difficile à encaisser, c’est éventuellement le manque de sensibilité des particuliers aux enjeux de la thermique du bâtiment et parfois le manque de compréhension de notre travail.

terre-330x220_0Je regrette aussi le double message qui est porté à l’oreille du consommateur. D’un côté on lui dit qu’il faut mettre en mouvement la transition énergétique qui implique souvent des travaux lourds qui « gagnent en intérêt » avec la hausse du prix de l’énergie (phénomène inéluctable au vu de l’appauvrissement des stocks de gaz, pétrole…). D’un autre côté il y a un message politique qui lui fait croire que tout est fait tout pour que l’énergie soit disponible à bas prix, et il y a même des publicités qui vont jusqu’à garantir le prix de l’énergie sur plusieurs années… Cela ne fait que retarder les prises de décisions… C’est un peu le serpent qui se mord la queue et du coup le consommateur se retrouve perdu et le réchauffement climatique avance.

Comment présenterais-tu Sénova à tes proches ou à tes amis ? Qu’est-ce qui en fait ses caractéristiques propres selon toi ?

Je présenterais Sénova comme une entreprise jeune et dynamique et en même temps sérieuse et très pointilleuse dans la réalisation de ses études thermiques. On ne s’arrête pas au cadre réglementaire et nous essayons de faire un grand effort de pédagogie.

Comment fais-tu pour faire progresser sans cesse ton niveau d’expertise et de savoir-faire et ainsi garantir que Sénova est et restera véritablement une entreprise experte sur le domaine de la thermique du bâtiment ?

Par la veille documentaire, que ce soit la presse, la communication avec les autres thermiciens. Il faut une certaine curiosité personnelle et aller plus toujours plus loin en consultant les professionnels du secteur et les industriels pour être à la pointe du sujet et ne pas rester dans son carcan d’ingénieur.

Conseillerais-tu aux jeunes et lycéens de s’orienter vers le métier de thermicien et si oui pour quelle raisons ?

Evidemment, j’invite tous les lycéens et étudiants intéressés par la science et les techniques à s’intéresser au secteur dynamique du bâtiment. C’est aussi une très bonne porte d’entrée pour intégrer le mille-feuille complexe que représentent les acteurs de l’énergie aujourd’hui. C’est un métier d’avenir où les opportunités vont fleurir d’ici 2020 et 2050, dates clés choisis par les pouvoirs publics pour atteindre l’objectif ambitieux de généraliser les bâtiments à énergie positive et de diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre.

Peux-tu nous partager une ou deux anecdotes marquantes de ton expérience chez Sénova ?

Je me souviens d’un audit Eco-Habitat auquel j’ai participé avec mon supérieur Pierre-Manuel Patry. Des particuliers nous ont contactés parce qu’ils en avaient marre d’avoir froid au pied dans leur salon. En fait, au bout d’un moment, alors que nous ne trouvions pas la source de l’inconfort avec notre caméra thermique, nous avons eu l’idée de déplacer un fauteuil. Bingo ! Nous avons constaté que les franges de tissu tombant sur le sol des extrémités avaient une action isolante sur la masse d’air en dessous du fauteuil et laissaient filtrer de l’air froid au sol… Nous avons alors préconisé d’isoler le fauteuil, ce qui est plutôt atypique ! Les clients, qui avaient tout essayé avant de faire appel à nos services nous ont envoyé un mail de remerciement très touchant après quelques semaines qui confirmait la réussite des préconisations.

fauteuil

Préconisation illustrée de l’isolation du fauteuil

Quel conseil donnerais-tu à un particulier qui se lance dans un projet de rénovation ?

Je lui dirais de se faire accompagner par de bons professionnels et de se mettre en relation avec eux le plus tôt possible pour faire en sorte que la conception soit le résultat d’échanges constructifs entre architecte, bureau d’étude thermique et artisans. Mais c’est surtout à nous les professionnels d’apprendre à communiquer entre nous : le thermicien doit proposer des solutions faisables par l’artisan et l’artisan doit en retour respecter les préconisations du thermicien. Cela est très important car cela évite les surprises en cours de chantier qui nuisent à tous et in fine aux particulier propriétaire !

Enfin, il est important d’être conscient qu’il n’existe pas une seule solution standard et c’est tout l’intérêt de contacter son bureau d’étude thermique pour avoir les meilleures solutions qui correspondent à chaque projet. Une maison en ossature bois orientée au Nord nécessitera une configuration très différente d’une maison en parpaing orientée au Sud. Si on habite un quartier où l’immobilier est extrêmement cher, pourquoi ne pas penser à mettre un isolant sous-vide très mince, certes cher mais qui évite de perdre un m² ? Pourquoi ne pas installer un panneau solaire photovoltaïque dans une région très ensoleillée pour avoir un taux de consommation d’énergie primaire maximum moins restrictif ? C’est ça qui fait la force d’un bureau d’étude thermique : connaître le fonctionnement de l’énergie dans le bâtiment et s’adapter à chaque projet et à chaque client en apportant un conseil totalement personnalisé.

CTA : N’hésitez pas à faire appel à Sénova si vous avez un projet de rénovation et que vous souhaitez en profiter pour embarquer intelligemment la performance énergétique dans ce projet. Nos thermiciens se feront un plaisir de vous accompagner dès l’étape de conception de votre projet jusqu’à la fin du chantier.

Le ministre de la Ville et le PDG d’Air France en visite chez Sénova !

François Lamy, ministre délégué auprès de la ministre de l’Egalité des territoires et du logement, en charge de la Ville et Frédéric Gagey, PDG d’Air France sont venus encourager toute l’équipe de Sénova IDF dans sa mission en faveur de la ville durable et de la transition énergétique des bâtiments !

Quelles photos de cet évenement :

IMG_8550 IMG_8551

IMG_8552

IMG_8553

IMG_8554

IMG_8555

IMG_8556

« Energie Partagée » : Sénova investit dans la transition énergétique

Sénova ancre son action depuis toujours dans la perspective de la transition énergétique dont il souhaite être un moteur par ses services et accompagnements. Sénova soutient également les initiatives tierces s’incrivant dans la même démarche et c’est pourquoi Sénova a décidé d’investir dans la transition énergétique par l’intermédiaire de l’association « Energie partagée » qui accompagne, finance et fédère les projets citoyens de production d’énergies renouvelables et de maîtrise de l’énergie.

Energie partagée

« Energie partagée » ou le financement citoyen de la transition énergétique

« Energie partagée », association de loi 1901 est le fruit d’une réflexion collective entre les acteurs de deux sphères aux intérêts similaires : la finance solidaire et la transition énergétique. Le mouvement a commencé par l’initiative pionnière de l’association Phébus – aujourd’hui Hespul – qui a lancé le premier raccordement de panneau solaire photovoltaïque au réseau national d’électricité en 1991 grâce à un financement citoyen. L’idée fait son chemin dans le milieu associatif par la création de Solira Investissement et le lancement de divers programmes européens de ce type. Mais c’est 2009 que les acteurs référents français des énergies renouvelables et de la finance solidaire (Solira, Société financière de la NEF, Enercoop) décident de se mobiliser ensemble et de créer le mouvement « Energie partagée » pour fédérer au niveau national le financement citoyen de la transition énergétique.

Qu’est-ce qui distingue la finance de marché de la finance solidaire ? Alors que la première n’a comme seul but la recherche de rentabilité financière, la finance solidaire s’inscrit dans une démarche « socialement responsable ». Elle sert à financer des projets à forte utilité sociale et environnementale, indicateurs non pris en compte dans les circuits classiques en raison d’externalités économiques. Une action Total par exemple n’inclut pas le coût de la pollution issue de l’usage d’énergies fossiles. L’idée de la finance solidaire est ainsi de rétribuer des gains de bien-être non calculés dans le PIB comme le lien social et le respect de l’environnement.

finance solidaire

Cela signifie aussi que l’investisseur est prêt à accepter un rendement moindre que sur un placement financier classique et que les projets les plus rentables du fonds compensent ceux qui le sont moins. La labellisation Finansol d’Energie partagée garantit que le mouvement respecte ses principes.

Comment ça marche ?

L’association a développé un arsenal de moyens pour faciliter la rencontre d’une demande de financement d’un projet écologique et l’offre d’investisseurs engagés dans la transition énergétique. C’est très simple :

  • Si vous avez un projet eco-citoyen, il doit remplir plusieurs conditions pour bénéficier du soutien financier et logistique d’Energie Partagée :
    • Présenter un bilan économique et énergétique favorable
    • Respecter l’environnement et avoir un ancrage local
    • Présenter une gouvernance démocratique et transparente
  • Si vous êtes un particulier, association ou une entreprise motivés (comme Sénova) par soutenir un projet qui vous intéresse, il suffit simplement de :
    • Souscrire un bulletin de souscription d’une action minimum de 100 euros et s’acquitter des frais d’inscription
    • Fournir une photocopie de pièce d’identité et un justificatif de domicile

microchaufferie au boisMicro-chaufferie à bois collective financée par « Energie partagée »

L’engagement de Sénova pour la transition énergétique

Sénova travaille au jour le jour avec des architectes et particuliers soucieux non seulement de leur confort de vie et de leur facture énergétique mais aussi du respect de leur environnement. La mission des bureaux d’étude thermique s’inscrit de ce fait dans la transition énergétique en promouvant un habitat plus confortable et plus respectueux de l’environnement.

Conscient de l’éveil de la troisième révolution industrielle en cours et de l’augmentation irréversible des énergies fossiles, pourquoi payer demain l’addition de notre immobilisme quand on peut agir aujourd’hui ?

C’est pourquoi Sénova investit aujourd’hui dans des projets qui ont du sens, en accord avec nos valeurs et notre démarche d’entreprise « socialement et écologiquement responsable » et tournée vers l’avenir.

Sénova entre dans le réseau francilien des eco-entreprises Durapole

Sénova fait désormais partie de Durapole, le réseau francilien des PME et TPE eco-innovantes depuis Mai 2013. Une reconnaissance méritée pour l’engagement de Sénova pour un habitat plus durable et écologique.
green_teamDurapole, espace d’échange et vitrine de l’eco-innovation

Créé en 2010, le réseau Durapole a pour ambition d’améliorer la compétitivité et la visibilité des eco-entreprises qui le composent et de développer une offre globale de services liés à la filière des technologies de l’environnement. Parce que la Silicon Valley n’a pas le monopole des « clean tech services», ce réseau de start-ups à la française compte bien démontrer que la France est aussi à la pointe.

Logo-Durapole

L’association ne lésine pas sur les moyens en encourageant l’émergence de projets collectifs innovants grâce à des rencontres inter-business, des partenariats de recherche avec des institutions publiques, la mutualisation des ressources et des idées neuves. Durapole espère grâce à son expertise faire entendre la voix des acteurs de l’eco-business auprès des pouvoirs publics. Et pour cause, cette mise en réseau semble porter ses fruits : en seulement 3 ans, Durapole devrait compter parmi ses membres entre 100 et 150 entreprises d’ici 2013 et a déjà représenté la filière de l’eco-construction à Bercy auprès des Ministres du redressement Productif et de l’Environnement durant la semaine du Développement Durable 2013.

Sénova, cabinet de conseil en efficacité énergétique dans l’habitat, au service de l’environnement

Logo senovaSénova, bureau d’étude thermique et acteur référent du secteur du conseil en efficacité énergétique dans l’habitat s’est donc lancé dans l’aventure. Car l’enjeu environnemental appelle des réponses globales, la transition écologique sera un projet collectif ou ne sera pas ! Sénova espère ainsi trouver les synergies et participer à cette mutation en partageant son savoir-faire des réglementations thermiques avec tous les segments de la filière verte. Conscient de l’émergence de l’eco-business, nous savons que la structuration de ce marché nécessite un effort d’apprentissage commun et de communication auprès des décideurs et du grand public.

Découvrez dès aujourd’hui l’actualité du réseau Durapole et les services du bureau d’études thermiques Sénova.