Tout comprendre sur les compteurs intelligents et leur future généralisation dans vos maisons

Le développement des réseaux intelligents français, dit « smart grids » chez nos voisins anglo-saxons, n’est plus qu’une question de temps. Gazpar et Linky, les deux compteurs intelligents conçus par les gestionnaires du réseau d’énergie GrDF et ErDF devraient arriver chez vous entre 2014 et 2022. Retour sur une révolution silencieuse qui va changer votre manière de consommer l’énergie.

production d'énergie

Le « smart metering », produire et consommer intelligemment

Qu’est-ce que le « smart grid » ou « smart metering » ? Derrière ces termes anglo-saxons un peu barbares se cache en fait une nouvelle façon de produire et consommer l’énergie, plus intelligente et plus fluide.

Plus intelligente car le gestionnaire du réseau de gaz ou d’électricité (GrDF et ErDF en France) et le consommateur connaîtront leur consommation en temps réel grâce à des compteurs intelligents dont chaque foyer sera bientôt doté. Plus fluide car ces informations permettront d’éviter les surcoûts liés aux pics de consommation grâce à une optimisation de la fourniture d’électricité via des tarifs modulables selon l’heure et l’amélioration des transferts sur le réseau.

L’un des avantages est qu’elle facilite par ailleurs l’intégration des énergies propres dans le réseau, argument politique de poids à l’heure de la transition énergétique.

La gouvernement ne s’y est pas trompé en annonçant le 9 juillet 2013 le déploiement des compteurs communicants dans le cadre du Plan d’Investissements d’Avenir pour les 10 années à venir. 3 millions de compteurs devraient être installés d’ici 2016, début d’une généralisation imposée par le Paquet Climat 2020 votée en 2007 par le Conseil de l’Union Européenne qui impose au pays membres de remplacer 80% des compteurs actuels par des compteurs communicants.

Qui va payer la généralisation de Linky ?

Cela fait déjà 4 ans que ErDF, filiale du groupe EDF, s’est penché sur la question en créant le compteur Linky. Le nouveau-né a ensuite fait l’objet d’expérimentation à Lyon et en Indre-et-Loire entre 2009 et 2011. Selon les estimations de l’ADEME et de différentes études américaines, les réseaux intelligents permettraient à terme d’économiser 5 à 15% de la consommation d’énergie à la condition qu’il existe :

  • Un outil de comptage en temps réel à destination du gestionnaire de réseau
  • Un outil de pilotage qui rend le ménage autonome et acteur de sa consommation grâce à des conseils pédagogiques, le reçu de sa facture par SMS ou l’installation d’un écran communiquant les informations sur ses usages énergétiques.

système Linky Erdf compteur intelligent

C’est sans surprise que l’ADEME et les associations de consommateurs déplorent un résultat mitigé pour le boîtier vert français. Elles admettent un bénéfice en terme de comptage intelligent et de production électrique décarbonée mais les économies sur la facture énergétique des ménages sont faibles voire inexistantes :

  • Le ménage n’est pas assez accompagné dans la démarche et le seul affichage de la consommation en temps réel sur le compteur n’a pas d’effet incitatif probant, d’autant plus que la moitié des compteurs sont situés à l’extérieur du bâtiment, n’encourageant pas un suivi régulier.
  • L’accompagnement d’ErDF et le suivi de la consommation sur Internet est payant, à la hauteur de 4.50 € par mois environ. Selon les estimations du quotidien Le Parisien, le coût pour le consommateur pourraient s’élever à plus de 16 € par an.
  • Le coût de l’installation, soi-disant nul pour l’usager, se répercutera sur le tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (TURPE) payé par … ce même usager !

Cela n’a pas empêché l’ancien gouvernement d’annoncer dès 2011 la future généralisation de Linky pour 35 millions de foyers d’ici 2022, engagement confirmé par Delphine Batho le 15 novembre 2012 lors d’une visite ministérielle. Le nouveau ministre de l’Ecologie et du Développement Durable Philippe Martin est actuellement en négociation avec EDF pour savoir qui va supporter le coût de Linky, réévalué dernièrement à 7 milliards d’euros. Le déploiement devrait démarrer début 2014 si le gouvernement et EDF trouvent un accord.

Le compteur de GrDF, Gazpar, fait son chemin

comtpeur gazpar de GrDFLe gestionnaire du réseau du gaz français GrDF s’est aussi mis à la page et a déjà lancé un appel d’offre pour la fabrication de son propre compteur intelligent Gazpar. Cet appel fait suite aux délibérations de la Commission de la Régulation de l’Energie du 5 juillet 2013 qui encouragent le gouvernement à approuver la généralisation du boîtier de couleur orange soleil.

Selon Isabelle Dronchon, pilote opérationnelle du projet à GrDF, si les ministres de l’Energie et de la Consommation donnent leur feu vert avant l’été 2014, la généralisation devrait avoir lieu d’ici début 2015.

La CRE estime que la mise en route de ces compteurs engendrera deux types d’économies : une baisse de la dépense énergétique en gaz de 1,5% et la réduction des relèves de compteurs par les agents de GrDF. Cependant, le gendarme de l’énergie note aussi que ces gains potentiels ne compenseront pas le coût du renouvellement des compteurs. Le tarif du gaz devrait ainsi augmenter de deux euros en moyenne par an et par ménage d’ici la fin du projet en 2022. Le suivi des consommations se fera sur Internet, ce qui limite comme pour Linky, l’implication encore une fois du consommateur.

La troisième révolution industrielle en marche saccadée

la troisième révolution industrielleLe « smart metering » semble bel et bien en train d’arriver dans nos foyers et augure une nouvelle ère de la consommation énergétique. Comme le prédit Jeremy Rifkin qui a fondé le concept de « troisième révolution industrielle », « le bâtiment connaîtra la même révolution qu’a connu Internet ». Les usagers vont devenir de vrais coproducteurs de l’énergie qui circulera de maisons en maisons, de quartiers en quartiers.

Les innovations n’ont pas tardé à émerger sur le marché, dont certaines sont emblématiques :

  • Les bâtiments à énergie positive dit « BEPOS » : ces logements produisent de l’énergie renouvelable grâce à l’installation de panneaux solaires photovoltaïques ou d’une éolienne qui est rachetée par EDF pour alimenter le réseau. La RT2020 devrait généraliser ce type de bâtiment pour la construction neuve.
  • Les capteurs solaires : disposés discrètement sur votre baie vitrée, ils déclencheront automatiquement la fermeture des volets extérieurs si l’ensoleillement atteint un certain seuil
  • Les compteurs communicants d’eau : Véolia et Orange ont lancé leur propre gamme pour l’instant à destination des collectivités locales

Bref, la révolution silencieuse est en marche.

Reste à savoir désormais à quelle vitesse ce changement va s’opérer dans les mentalités et pratiques quotidiennes des usagers. L’expérimentation de Linky a montré que seulement 5 à 10% des usagers ont régulièrement suivi leur consommation sur Internet et EDF vient d’annoncer une augmentation de 35 euros par an de la facture d’électricité pour 2014. Les ménages modestes auront sûrement du mal à avaler la pilule si Linky vient peser sur leur portefeuille en cette période de disette économique.

Les voix s’élèvent également sur l’utilisation des données récoltées par les fournisseurs d’énergie qui connaîtront un panel important de la vie privée des usagers.

Enfin, réformer radicalement le modèle français du nucléaire très centralisé n’est pas une tâche aisée ! La décentralisation du réseau énergétique et la montée en force des énergies renouvelables devront se confronter au poids d’une histoire industrielle française bien singulière.

smart metering troisième révolution industrielle

Si vous souhaitez en savoir plus sur les solutions disponibles pour suivre vos consommations d’énergie en temps réel chez vous, n’hésitez pas à prendre contact avec nous !

L’énergie dans le bâtiment en 2020 : les directives européennes que la France suivra (anticipe ?)

L’efficacité énergétique est en ce moment au cœur des préoccupations européennes. C’est pourquoi elle a adopté une stratégie énergétique, intitulée  « Energie 2020 ». Ce document a été présenté au public le 10 novembre 2010. Il renferme les principaux objectifs et plans d’actions de l’Europe en matière d’énergie et de changement climatique pour les dix prochaines années.

Les objectifs européens en matière d’énergie et de changement climatique à l’horizon 2020

La stratégie « Energie 2020 » comprend cinq principaux objectifs, listés ci-après.

– Améliorer l’efficacité énergétique de l’Europe :

L’Europe ambitionne de réaliser une économie d’énergie de 20% d’ici 2020, la priorité étant surtout d’améliorer l’efficacité énergétique dans toute l’Union Européenne. Pour cela, la stratégie « Energie 2020 » s’intéresse tout particulièrement aux secteurs les plus énergivores (les bâtiments et les transports). Des incitations à l’investissement et de nouveaux instruments financiers sont notamment prévus pour encourager les particuliers et les entités locales à rénover et à adopter des mesures d’économies d’énergie.

– Atteindre une intégration des marchés européens de l’énergie :

Dans cette optique, l’Europe veut instaurer un marché intérieur de l’énergie. Elle projette notamment de développer ses infrastructures énergétiques, et prévoit la participation financière de tous les Etats membres. 1000 milliards d’euros devront ainsi être investis pour atteindre cet objectif d’ici 2015.

– Responsabiliser les consommateurs afin d’assurer une énergie sûre et abordable :

A cet effet, l’Europe prévoit d’adopter les dispositions qui s’imposent afin d’offrir aux consommateurs une énergie sûre et abordable. Des mesures sont alors prévues pour permettre davantage de transparence au niveau des factures d’énergie, la comparaison des prix et le changement de fournisseur.

– Placer l’Europe à la pointe de la recherche et de l’innovation en matière d’énergie :

En effet, la compétition sur le marché des technologies énergétiques est rude, particulièrement sur le plan international. Pour faire face à cette concurrence, l’Europe prévoit de développer ses recherches. Elle vise à devenir un leader en la matière, et à asseoir sa compétitivité.

– Étendre les partenariats énergétiques et coordonner une politique énergétique à l’égard des pays tiers :

Par cela, l’Europe projette de coordonner sa politique énergétique à celle de ses principaux partenaires. Elle prévoit également d’étendre le marché de l’énergie aux pays voisins qui souhaiteraient y participer, et d’intensifier ses coopérations avec les pays tiers.

« stratégie 2020 » : Quel impact pour les particuliers ?

Bien que ces nouvelles mesures semblent appartenir à la haute sphère, elles vont bel et bien impacter les acteurs des secteurs concernés. En effet, afin de participer à l’atteinte des objectifs, la France va devoir accorder sa législation avec ces directives européennes. Elle a d’ailleurs déjà avancé dans ce sens avec le Grenelle de l’Environnement (réduire de 38% sa consommation énergétique d’ici 2020, et réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre pour le secteur du bâtiment) ; et prévoit de se fixer des objectifs encore plus ambitieux.

Plus concrètement, la législation française avance petit à petit vers la généralisation des bâtiments beaucoup plus performants en matière d’énergie. La nouvelle Règlementation thermique RT 2012 commencera notamment à s’appliquer prochainement. Sur ce point, ses exigences normatives vont s’amplifier, pour aboutir à la généralisation des constructions à énergie positive d’ici 2020. Par ailleurs, la rénovation énergétique qui est déjà largement encouragée au niveau du parc de bâtiment existant pour être être de plus en plus réglementée.

Afin de ne pas subir les prochaines réglementations, vous pouvez entamer dès aujourd’hui des travaux de rénovation énergétique et cela permettra à votre logement de ne pas devenir rapidement obsolètes. Vous pouvez pour cela obtenir des aides financières et fiscales de l’état ou être accompagné dans votre projet de façon neutre et objective.

La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) : « Grenelle Environnement 2012 » enfin présentée par Borloo

« On passe d’une réglementation de moyens, à une réglementation d’objectifs »  Benoist Apparu

Ca y’est !  La RT 2012 ou Réglementation Thermique « Grenelle Environnement 2012 » a été officiellement présentée aux journalistes hier, le 6 juillet 2010, par Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer et Benoist Apparu, secrétaire d’Etat au logement.

Ce que nous avions prédit dans notre dernier article est confirmé, mais quelques précisions sont à apporter.

Dérogation pour les logements collectifs

Ce qui n’avait pas été prévu c’est la dérogation de + 15% de kWh/m2/an qui a été accordée aux logements collectifs. En effet, le collectif aura le droit à deux ans de sursis jusqu’au 1er janvier 2015, ce qui signifie qu’en attendant le seuil de consommation maximale est majorée de 7,5 kWh/m2/an par rapport aux maisons individuelles.

Les exigences

Niveau exigences, on retrouve les trois exigences de résultats dont nous avions parlé : Bbiomax (exigence minimale d’efficacité énergétique du bâti), Cmax (exigence maximale de consommation) et une exigence sur la température intérieure en été.
Les deux cartes  ci-dessous permettent de voir les variations de Cmax selon les zones géographies pour le secteur résidentiel à gauche et le secteur public à droite.


La RT 2012 met également en avance des exigences de moyens. Il s’agit du test de la porte soufflante qui sera obligatoire dans le collectif, d’une surface minimale de baies vitrées, la généralisation des énergies renouvelables dans les maisons individuelles, la mesure (ou l’estimation) des différentes consommations d’énergie d’un bâtiment et d’une production locale d’énergie non prise en compte au-delà de l’auto-consommation.

L’exigence maximale de consommation, Cmax, sera toutefois modulée selon la surface du logement afin de ne pas pénaliser les petits logements. Ci-dessous, deux graphiques qui permettent de voir cette adaptation du coefficient Cmax en fonction du nombre de m2 de l’habitation.

En quoi est-elle différente de la RT 2005 ?

Cette réglementation offre une plus grande liberté dans la conception des bâtiments, elle est beaucoup plus claire et plus compréhensible que la RT 2005 ce qui devrait favoriser son application.

Elle permettra une baisse de la consommation d’énergie des bâtiments de 150 milliards de kWh entre 2013 et 2020 et une baisse des émissions de CO2 entre 13 et 35 millions de tonnes entre 2013 et 2020.

Cette nouvelle réglementation représente donc une avancée majeure du Grenelle de l’Environnement. Jean-Louis Borloo et Benoist Apparu ont insisté sur plusieurs points importants :

  • Amélioration notable de la performance énergétique de tous les bâtiments neufs
  • Gain de pouvoir d’achat pour les Français, les coûts de construction n’augmenteront que légèrement (entre 2 et 7% en 2013)
  • De nouvelles solutions techniques disponibles sur le marché
  • Un investissement rentable grâce à toutes les aides financières qui existent
  • Une économie sur 20 ans de 5000€ pour le collectif et de 15 000€ pour les maisons individuelles

Rappel du calendrier de la RT 2012

Juin 2010 : Finalisation du décret et des arrêtés méthode de calcul et exigences
Juillet 2010 : Notification à la Commission européenne
Novembre 2010 : Publication des textes règlementaires et lancement des logiciels d’application de la RT 2012
1er juillet 2011 : Application de la règlementation aux bâtiments tertiaires
1er janvier 2013 : Application de la règlementation aux bâtiments résidentiels

La France, leader en Europe

La France est actuellement le seul pays européen avec ce niveau d’ambition et ce calendrier de mise en œuvre. Même les Pays-Bas et l’Allemagne, connus pour leur lutte pour l’environnement, n’en sont pas encore là.

Il y a déjà eu 45 000 demandes de labellisation BBC depuis 2008 et de nombreux outils fiscaux sont en place pour que cette demande ne cesse d’accroitre.

Anticipez dès maintenant la RT 2012 et faites construire votre logement en BBC en faisant appel à un bureau d’études thermiques spécialistes des particuliers qui pourra vous conseiller de facon neutre et objective et qui pourra vous renseigner sur les aides dont vous pourrez bénéficier.

Tout savoir sur la RT 2012 (prochaine réglementation thermique) !


Les réglementations thermiques fixent une limite maximale à la consommation énergétique des bâtiments neufs pour le chauffage, la ventilation, la climatisation, la production d’eau chaude sanitaire et l’éclairage. La RT 2012 est la nouvelle réglementation à l’ordre du jour, elle remplacera bientôt la RT 2005, en vigueur depuis 2006. Cette nouvelle réglementation, mise en œuvre par le Grenelle de l’Environnement, est encore en cours d’élaboration. Les associations écolos sont d’ailleurs assez inquiètes face à la tournure que prennent les choses. En effet, cela fait plus de 4 mois que les futures exigences et les méthodes de calcul ont été présentées aux groupes de travail et aujourd’hui l’Etat n’a toujours pas donné de nouvelle alors que les textes de loi auraient du voir le jour au premier trimestre 2010.  Selon Jean-Pierre Bardy, en charge de la qualité et du développement durable dans la construction au sein de la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages (DHUP), une conférence devrait avoir lieu avant le 14 juillet pour présenter la nouvelle réglementation. Enquête sur ce qui devrait sortir.

Quelles sont les grandes lignes de la RT 2012 ?

La RT 2012, qui reprend le niveau de consommation requis par le label BBC Effinergie pour le logement, repose sur trois objectifs principaux:

  • Réduire la consommation d’énergie primaire des constructions neuves afin que celle-ci ne dépasse pas 50 kWh/m2/an et cela comprend le chauffage, la climatisation, la production d’eau chaude sanitaire, l’éclairage et les auxiliaires
  • Durcir les normes concernant les émissions de CO2
  • Améliorer les performances énergétiques des bâtiments neufs afin d’arriver à des bâtiments à énergie positive d’ici 2020

Dates de mise en application :

L’article 4 de la loi Grenelle 1 du 3 aout 2009, avait imposé que la RT 2012 soit appliquée à partir de 2012 pour les bâtiments résidentiels et à partir de 2010 pour les bâtiments publics et du tertiaire.

Cependant, Benoist Apparu, secrétaire d’Etat au logement, a déclaré mardi 30 mars, que la mise en application de la nouvelle règlementation thermique dans le secteur public serait reportée au 1er juillet 2011.

Finalement :

  • Pour les bâtiments publics et les bâtiments privés du tertiaire la RT 2012 devra être appliquée à partir du 1er juillet 2011
  • Pour les bâtiments résidentiels, la RT 2012 devra être appliquée à partir du 1er janvier 2013

Aspect technique : quels sont les coefficients en jeu ?

Les deux coefficients à prendre en compte dans la RT 2012 sont le Besoin bioclimatique (Bbio) et la Consommation (C).

Le Bbio est un coefficient qui correspond aux besoins en chauffage, en refroidissement et en éclairage. Il ne doit pas dépasser une valeur maximum, que le maitre d’ouvrage doit s’engager à respecter sans quoi il ne pourra pas se lancer dans les travaux.

Le deuxième coefficient correspond aux exigences de consommation d’énergie primaire (Ep)

Ces deux coefficients seront calculés grâce aux logiciels du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment), qui sont en cours d’élaboration.

La future réglementation thermique imposera donc que tout bâtiment neuf respecte trois exigences :

  • Une exigence de consommation Cmax en valeur absolue
  • Une exigence sur les besoins du bâtiment Bbiomax en valeur absolue
  • Une température intérieure conventionnelle atteinte en été inférieure à une température de référence.

Ce qui change par rapport à la RT 2005 :

Ce tableau met en évidence la différence entre les exigences prévues pour la RT 2012, et celles en vigueur aujourd’hui :

La valeur moyenne est toutefois à moduler selon la zone géographique du bâtiment, ses caractéristiques, son usage et ses émissions de gaz à effet de serre.

Qui est en charge de l’élaboration de la RT 2012 ?

Le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer (MEEDDM) travaille sur l’élaboration de la RT 2012 depuis septembre 2008. 12 groupes de travail thématiques, qui sont chacun constitués de 20 à 25 représentants de professionnels du bâtiment, ont pour objectif de proposer de nouvelles exigences dans leur domaine de compétence qui seront ensuite analysé par un comité scientifique. Enfin, des conférences consultatives sont tenues régulièrement afin de juger de l’avancée des travaux et des nouvelles orientations.

Quelles seront les conséquences de cette nouvelle réglementation ?

Les constructions neuves dont les permis de construire seront déposées à partir du 1er janvier 2013 et à partir du 1er juillet 2011 pour les bâtiments publics et du tertiaire, devront présenter une consommation d’énergie primaire inférieure au seuil évoqué plus haut de 50 kWh/m2/an.

Pour que de telles réalisations soient possibles, toute personne désirant construire un nouveau bâtiment (privé ou public) devra faire appel à un bureau d’étude thermique en amont, qui interviendra alors dès les premiers stades de la conception conjointement avec le ou les architecte(s).

La RT 2012 devrait donc induire une hausse du nombre d’habitats économes en France ou bâtiments basse consommation (BBC), avec le développement de maisons bioclimatiques ou encore de maisons passives, qui reposent sur l’idée que l’utilisation de la chaleur du soleil, une très forte isolation, l’absence de ponts thermiques et une bonne étanchéité à l’air peuvent réduire de 90% la consommation d’énergie pour le chauffage.

Aujourd’hui, il est déjà possible d’anticiper la RT 2012 ! En effet, beaucoup de personnes, soucieuses d’avoir une habitation plus confortable et moins énergivore, se lancent dans des projets de construction basse consommation pour ne pas se retrouver avec des maisons « déjà dépassées » en 2012.

Si vous souhaitez vous aussi faire construire dès aujourd’hui une maison plus économe, vous pouvez faire appel à un bureau d’études thermiques spécialiste des particuliers, qui pourra vous accompagner tout au long du projet, de la conception de votre habitation avec l’architecte jusqu’à la réalisation des travaux.

Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte Imprimer cet article Envoyer cet article par e-mail Commenter cet article Mettre dans mon classeur Citer cet article sur mon blog Télécharger les fils RSS du Moniteur.fr

 

POINT DE VUE

Partager cet article

 

 

    • Partager cet article sur Wikio

 

 

 

    • Partager cet article sur Scoopeo

 

    • Partager cet article sur Technorati

 

RT 2012 : les associations écologistes s’inquiètent du silence de l’Etat

E.L | 25/06/2010 | 10:25 | Management

Agrandir la photo

© E.L

Dans un courrier envoyé le 9 juin à Jean-Louis Borloo et Benoist Apparu, le Cler, Rac-f , les Amis de la Terre, WWF, Greenpeace et la FNE soulignent le temps mis par le Meeddm pour présenter la future réglementation thermique.

Créer une alerte sur ce sujet

Le 19 février, lors de la 6ème et dernière conférence consultative sur la RT 2012, les futures exigences et les méthodes de calcul ont été présentées aux différents groupes travaillant à l’élaboration de la future réglementation. Dans la lettre envoyée, il y a deux semaines, au Ministre de l’Ecologie, les associations écologistes rappellent que la finalisation des textes réglementaires et leur notification européenne étaient prévues pour le premier trimestre 2010 et qu’une conférence de presse du gouvernement était annoncée avant l’été. L’été est arrivé mais le Meeddm n’a toujours pas donné de nouvelles concernant la RT 2012.

Cette absence de communication sur le document qui devrait être l’outil majeur pour atteindre les objectifs du Grenelle dans le bâtiment inquiète grandement les associations. Ils ont peur « que le temps plus long que prévu pour leur officialisation résulte de manœuvres de lobbies frileux ou intéressés à ce que les français continuent de consommer tant et plus d’énergie en vue de revenir sur les points les plus sensibles, comme le strict encadrement de la modulation des objectifs performantiels ». Autrement dit, ils s’inquiètent que des grands groupes énergétiques puissent œuvrer en vue d’introduire une modulation supplémentaire du seuil des 50kWh/m²/an pour les bâtiments utilisant des chauffages électriques.

Selon Jean-Pierre Bardy, en charge de la qualité et du développement durable dans la construction au sein de la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages (DHUP)

En 2020, « zéro énergie » pour les tous nouveaux bâtiments

« Dès 2020, tous les bâtiments neufs seront à énergie positive, c’est-à-dire qu’ils produiront davantage d’énergie qu’ils n’en consomment, » N. Sarkozy

Les bâtiments sont à l’origine d’environ 45% de la consommation d’énergie primaire en Europe. L’objectif fixé pour 2020 concernant la performance énergétique des bâtiments neufs devrait permettre de réduire cette consommation et limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Les bâtiments neufs devront produire leur propre énergie à partir de 2020

A partir du 31 décembre 2020, les bâtiments construits devront produire autant d’énergie qu’ils en consomment : autrement dit, ils devront respecter la norme « zéro énergie » et être alimentés par des énergies renouvelables (en installant des panneaux solaires ou des pompes à chaleur par exemple).

Les bâtiments neufs publics devront respecter cette nouvelle norme d’ici fin 2018.

Plus d’aides pour améliorer la performance énergétique des bâtiments

Pour répondre à ces objectifs, les Etats membres devront définir d’ici juin 2011 des aides financières pour améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments : prêts à taux réduit, réductions fiscales, assistance financière pour l’installation de compteurs intelligents…

Qu’en sera t-il des bâtiments existants ?

Les députés suggèrent également aux Etats membres de fixer des objectifs de performance énergétique pour les bâtiments existants : cela impliquerait de viser par exemple, un pourcentage minimal de bâtiments existants atteignant le «zéro énergie» à une certaine date.

Des compteurs intelligents pour toutes les habitations neuves ou rénovées

Les députés demandent également l’installation de smartgrids, compteurs intelligents relevant vos consommations d’énergie, dans tous les nouveaux bâtiments ou ceux qui subissent une importante rénovation (c’est-à-dire lorsque les travaux couvrent plus de 25% de la surface du bâtiment ou impliquent un coût total supérieur de 20% à la valeur du bâtiment).

De nouvelles aides financières d’ici juin 2010

La Commission parlementaire devrait proposer d’ici au 30 juin 2010 des aides financières supplémentaires visant à :
– Augmenter d’au moins 15% la part des montants du Fonds européen disponibles pour les mesures d’efficacité énergétique
– Etablir d’ici 2014, un Fonds européen de l’efficacité énergétique financé par le budget communautaire, la Banque européenne d’investissement et les Etats membres, pour promouvoir des instruments publics et privés dans des projets visant à améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments.
– Des réductions de TVA pour les biens et services relatifs à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables.

Vous souhaitez améliorer la performance énergétique de votre habitat ? Faites appel à un bureau d’étude thermique spécialiste des particuliers qui saura vous guider dans votre démarche : quoi faire ? dans quel ordre ? pour quel budget ?