Faire une rénovation énergétique de son logement accroît sa valeur sur le marché de l’immobilier

Une étude conjointe de l’ADEME, du CSTB et du Cired a récemment dévoilé l’ampleur du gain de valeur immobilière que permet la rénovation énergétique. Les particuliers sont de plus en plus exigeants, la règlementation se durcit et même les agences immobilières y portent maintenant une attention toute particulière.

Des particuliers maintenant conscients de l’importance de la performance énergétique d’un logement

Aujourd’hui, déjà 19% des transactions immobilières sont mues par la volonté d’accéder à de meilleures performances énergétiques. Et 2/3 des Français considèrent la performance énergétique comme importante dans le choix du logement, ce qui indique une prise de conscience nouvelle des coûts pour l’environnement et pour nos portefeuilles d’une grande consommation d’énergie. La demande en logements économes en énergie est donc en constante augmentation.

Et la tendance va s’amplifier puisque 76% des interrogés perçoivent la notion de « valeur verte » d’un bien immobilier comme importante dans le futur, et près des deux tiers seront prêts à payer plus cher un logement à basse consommation.

Un marché immobilier qui prend en compte la valeur verte en s’adaptant

On observe en effet que les agents immobiliers prennent de plus en plus en compte les critères énergétiques dans le prix qu’ils attribuent, dans les démarches d’information des acheteurs et même dans leurs stratégies de communication. Dès aujourd’hui, les travaux de rénovation énergétique peuvent accroître, toujours selon l’étude de l’ADEME, de 5 à 30% la valeur du bien immobilier.

En guise d’exemple, l’étude de la rénovation d’une maison individuelle a mené à la conclusion que la « valeur verte » dégagée rembourse déjà la moitié des travaux, et qu’éviter la décote immobilière grâce à la rénovation porte ce gain à 92% du montant des travaux, soit 34% de la valeur du bien au départ. Autrement dit, l’augmentation relative de la valeur de votre logement sur le marché immobilier rembourse à la vente pratiquement la totalité de vos travaux de rénovation.

Le DPE et les labels sensibilisent l’acquéreur

Si le diagnostic de performance énergétique (DPE) n’est pas fiable dans le fond, il reste un excellent outil de sensibilisation et donc levier de négociation de l’acquéreur. De même, les labels règlementaires (HPE, BBC etc.) permettent à un vendeur de justifier la performance énergétique d’un logement et donc de mieux le vendre.

Enfin, les multiples avantages fiscaux à la rénovation énergétique sont autant d’incitations pour les particuliers, qui ont l’opportunité d’améliorer leur confort et de réduire leurs consommations sans faire exploser leur budget. Des crédits d’impôts qui peuvent aller jusqu’à 50% peuvent être accordés pour l’acquisition d’installations économes en énergie. Les dispositifs de prêt à taux zéro (Eco-PTZ, PTZ+) permettent aussi aux particuliers de ne pas payer des intérêts et de différer le déboursement d’argent dans le temps, au fur et à mesure que les économies d’énergie se font.

Bien sûr, tout ceci n’est valable qu’à la condition que la valeur verte ait été effectivement créée à travers une rénovation optimale en ayant fait les meilleurs choix en fonction de votre projet et de votre habitat avant rénovation. Reste donc à savoir comment rénover sans se tromper, pour le maximum de confort en été comme en hiver, pour une maison économique et écologique à long terme, respectant les normes.

Pour que votre bien soit valorisé au maximum de son potentiel, vous pouvez demander conseil à un bureau d’études thermiques au service des particuliers qui vous aidera à faire les bons choix parmi les innombrables possibilités.

Laisser un commentaire
*