Comment ne pas se tromper au moment d’entreprendre des travaux de rénovation

Pourquoi est-il si difficile de rénover sans se tromper ?

Comme on peut le voir dans le reportage-vidéo ci-dessous, il n’est vraiment pas facile d’être sur de faire les bons choix de travaux/solutions pour sa maison car :

  • On ne peut connaitre tout ce qui existe, les technologie « habitat durable et nouvelles énergies » évoluent très vite avec sans cesse de nouvelles innovations.
  • De très nombreuses entreprises se lancent pour profiter de la vague verte en vendant des solutions « ENR » (solaires ou pompe à chaleur par exemple) sans en avoir vraiment la compétence. Cela se traduit par des installations inadaptées et mal réalisées.
  • Dans un contexte de crise, certains professionnels cherchent à vendre coûte que coûte en ayant plus une attitude de « marchand de tapis »  qu’une attitude professionnelle. Les argumentaires sont parfois mensongers et occultent bien souvent une partie de la vérité. Cela se fait au détriment des habitants propriétaires qui mal-investissent.
  • Rares sont les professionnels qui vendent et installent toutes les solutions disponibles sur le marché. Les professionnels ont donc tendance à « prêcher leur paroisse ».

Comment s’assurer de faire les bons choix de travaux et de ne pas regretter un investissement important ?

  1. Faire appel à un professionnel expert en thermique qui saura écouter vos besoins en étant neutre et objectif.
  2. Confronter les avis pour se faire sa propre opinion
  3. Se renseigner sur internet
  4. Pour choisir son artisan, lui demander des références ainsi que son attestation d’assurance décennale
  5. Ne pas se fier à un DPE ou à un diagnotisqueur immobilier qui n’y connait finalement rien au problèmes thermiques et énergétiques dans le bâtiment. Même s’il fait croire à un « audit complet » la prestation sera standardisée et ne prendra pas bien en compte vos attentes.
  6. Si cela est possible, chercher à obtenir un label pour votre maison. Celui ci sera décerné par un organisme indépendant et habilité qui attestera la qualité de la réalisation
  7. Réaliser un bilan énergétique complet de votre habitat et de vos besoins. Grâce à cela, vous ferez plus facilement les bons choix : les solutions les plus adaptées à votre habitat et à vos besoins.

Vidéo de Maison Basse Consommation (BBC) – Retour d’expérience BBC

On le sait on le répète, il faut dès maintenant anticiper sur la règlementation thermique 2012 en rénovant le plus possible en basse consommation (BBC).

Avoir une maison basse consommation c’est :

  1. Confortable :
    • Pas de courants d’air comme on le voit sur le test d’étanchéité à l’air (test à la porte soufflante),
    • Pas de parois froides (une paroi froide provoque une sensation de froid très désagréable même lorsque la température de l’air intérieur est à 20 ou 21°C !) grâce à l’épaisseur d’isolation,
  2. Économique :
    • L’énergie la moins chère est bien celle que l’on ne consomme pas,
    • Une maison basse consommation est moins dépendante des fluctuations du prix des énergies car elle en consomme très peu,
    • On paye que très peu de taxe carbone
  3. Écologique :
    • Une maison qui consomme très peu rejette a fortiori très peu de CO2 ou autre gaz à effet de serre dans l’atmosphère.
    • En utilisant une énergie renouvelable pour l’eau chaude ou le chauffage, on améliore encore très sensiblement l’impact environnemental de sa maison
  4. Valorisant :

Si vous aussi vous voulez améliorer la performance énergétique de votre logement, prenez contact avec des experts en économies d’énergie !

Pour connaitre toutes les aides dont vous pouvez bénéficier pour une rénovation énergétique, contactez votre expert en rénovation énergétique.

Sénova : Le partenaire de la rénovation énergétique de votre habitat

Nouveau calcul de la SHOB : l’isolant n’est plus pénalisant pour une isolation par l’extérieur !

Un décret du 16 octobre 2009 modifie la définition de la surface hors œuvre brute (SHOB) des constructions existantes. La surépaisseur créée par les isolants (thermiques ou acoustiques) n’est plus prise en compte dans le calcul.

Un décret relatif à la surface hors œuvre des constructions vient de paraitre au Journal Officiel du 18 octobre. Ce texte modifie le calcul de la surface hors œuvre brute (SHOB) en complétant l’article R.112-2 du Code de l’urbanisme de la façon suivante :
« Les surfaces de plancher supplémentaires nécessaires à l’aménagement d’une construction existante en vue d’améliorer son isolation thermique ou acoustique ne sont pas incluses dans la surface de plancher développée hors œuvre brute de cette construction. »

Très concrètement, cette modification intéressera les demandeurs de travaux d’isolation thermique par extérieur (ITE). Car s’ils doivent toujours obtenir une autorisation pour la modification de la façade, ils ne seront plus pénalisés par l’augmentation de la surface de plancher correspondante.

Pour savoir combien vous gagneriez à mettre en oeuvre une isolation thermique par l’extérieur, faîtes réaliser un audit énergétique complet de votre habitat.

Propriétaires : Obtenez le label « haute performance énergétique » en rénovant votre habitat !

Par décret du 29 septembre 2009, un label « haute performance énergétique rénovation » a été créé. Il atteste la conformité des bâtiments existants achevés après le 1er janvier 1948 et qui font l’objet de travaux de rénovation. Un arrêté du même jour en détermine les conditions d’attribution.

Le label « haute performance énergétique rénovation » ne concerne que les bâtiments achevés après le 1er janvier 1948 et qui font l’objet de travaux de rénovation.
Ils devront être conformes à un référentiel qui intègre « les exigences de la réglementation thermique des bâtiments existants prévue dans le code de la construction et de l’habitation, le respect d’un niveau minimal de performance énergétique globale et de confort d’été » et, enfin, les contrôles de l’organisme qui délivre le label.
Pour les bâtiments à usage d’habitation, il est précisé que le label « haute performance énergétique rénovation » comporte 2 niveaux: le label « haute performance énergétique rénovation, HPE rénovation 2009 » et le label « bâtiment basse consommation énergétique rénovation, BBC rénovation 2009 ». Tous deux correspondant à une consommation conventionnelle d’énergie primaire du bâtiment pour le chauffage, le refroidissement, la production d’eau chaude sanitaire, l’éclairage et les auxiliaires de chauffage, de refroidissement, d’eau chaude sanitaire et de ventilation.
Dans les deux cas, le label ne sera attribué qu’aux bâtiments ayant fait l’objet d’une certification portant sur « la sécurité, la durabilité et les conditions d’exploitation des installations de chauffage, de production d’eau chaude sanitaire, de climatisation et d’éclairage ou encore sur la qualité globale du bâtiment ». Une condition également exigée pour l’obtention du label HPE (Haute Performance Energétique), créé il y a trois ans et applicable aux bâtiments neufs.

Si vous voulez bénéficier du label « haute performance énergétique rénovation » pour votre maison, faites appel à un bureau d’études thermiques spécialiste qui saura vous guider dans les démarches et procédures.

Lien : Sénova : Expert en rénovation énergétique.

Une carte thermographique des bâtiments parisiens les plus énergivores

La ville de Paris va mettre en place une carte thermographique montrant les différentes solutions applicables afin d’apporter des solutions aux déperditions d’énergie des bâtiments.

Une carte thermographique, permettant de chercher des solutions pour les immeubles énergivores, sera bientôt à disposition des Parisiens. Réalisée sur 500 immeubles de style et d’âge différents, cette première sera présentée lors des 2èmes journées parisiennes énergie et climat, qui se tiendront du 22 au 25 octobre au Palais Brongniart à Paris.

Cette initiative devrait être suivie, courant 2010, de la mise en place d’un site Internet représentant chaque type d’immeuble, grâce auquel chacun pourra «tirer des préconisations générales» en matière d’économies d’énergie pour son propre immeuble, même si «cette photographie ne remplace pas un diagnostic thermique», indique l’adjoint à l’environnement de la Mairie de Paris, Denis Baupin. Le site montrera quatre photos de façade par bâtiment, la couleur rouge symbolisant les pertes d’énergie les plus importantes.

Pour réaliser un prédiagnostic énergétique, un audit énergétique ou mettre en oeuvre des travaux de rénovation énergétique dans votre copropriété ou votre habitat, faîtes appel à un bureau d’études thermiques spécialiste qui saura convaincre les copropriétaires d’engager un programme de travaux ambitieux.

Liens:

> Sénova est le partenaire de la rénovation énergétique de votre habitat: Diagnostics thermiques, Audits énergétiques et maitrise d’œuvre.

> L’audit énergétique au service de la rénovation énergétique des copropriétés

> Retrouvez votre immeuble sur la carte parisienne de thermographie infra-rouge